L’architecture de la Reconstruction dans le Calvados

reconstructionA

  Commander le livre

Pour un nouveau regard

Conduit dans des conditions difficiles, le grand chantier de la reconstruction des villes et des villages détruits en 1944 témoigne de la vitalité de la société d’après-guerre. Mais la Reconstruction, ce n’est pas seulement un témoignage historique. Au centre des grandes villes, dans les cœurs des bourgs et des villages, elle forme aujourd’hui une part importante de notre cadre de vie. Dans le Calvados ravagé par les combats de la Libération, elle s’impose comme un élément caractéristique du paysage bâti. Cinquante années après la fin des derniers chantiers, sa reconnaissance patrimoniale est en cours. La reconstruction du Calvados a fait l’objet de publications, d’expositions, de rencontres et plusieurs édifices sont aujourd’hui labellisés « Patrimoine du XXème siècle », voire protégés au titre des Monuments Historiques.
Le C.A.U.E. du Calvados a voulu, à son tour, participer à la connaissance et à la valorisation de la Reconstruction en y apportant une contribution originale. Il ne s’agit pas tant de faire l’histoire de cette grande aventure collective que de mettre à jour les qualités de forme, d’organisation, de techniques qui caractérisent l’architecture et l’urbanisme des années 1950. Deux actions complémentaires ont été engagées dans ce but. La première est la mission photographique que nous présentons ici, confiée au photographe Philippe Delval. La seconde est une enquête approfondie, fondée sur des recherches en archives, actuellement en cours sur l’ensemble du Département et dont s’occupe l’historien Patrice Gourbin.
Au sein du C.A.U.E., photographe, historien, architecte, construisent un point de vue sur l’état actuel de la Reconstruction. Ces regards croisés, sensibles et bienveillants, appellent à la redécouverte de ce patrimoine quotidien si proche qu’il en devient invisible. Car malgré l’impression de solidité tranquille qui s’en dégage, la Reconstruction n’est nullement assurée, pour les années à venir, d’une conservation respectueuse de son génie d’origine. Le temps passant, elle s’avère souvent inadaptée aux nouveaux modes de vie et aux exigences actuelles en matière de confort ou d’économie d’énergie. C’est aussi une architecture difficile à appréhender dans sa totalité, car elle associe de manière apparemment contradictoire, les répertoires formels et techniques de la modernité et de la tradition.
Le paysage urbain des villes reconstruites se caractérise par de grands espaces libres, des rues larges avec à l’arrière des rues de services, un système d’espaces distendus aujourd’hui envahis par les voitures, devenus un univers extrêmement minéralisé, bétonné et circulé.
Par rapport aux espaces différenciés de la ville historique, les grands vides chargés d’automobiles peuvent devenir un atout pour composer de nouveaux espaces publics ambitieux qui prendront en compte les transports publics, les piétons, les vélos et les espaces verts.
Les ensembles urbains de la Reconstruction peuvent offrir pour l’avenir des cadres de vie aérés, paysagés, attractifs, acceptant plus facilement que les villes anciennes, la présence d’architectures du futur.
Le cycle normal de la sédimentation urbaine qui se déploie depuis quelques années, efface progressivement le traumatisme du passé et permet à ces villes d’être enfin appréciées à leur juste valeur.
Au-delà du patrimoine architectural pour lequel il nous reste à imaginer les moyens de le préserver sans l’embaumer, l’architecture du quotidien et les espaces publics des villes reconstruites devront dans l’avenir, faire l’objet d’une métamorphose complète et ambitieuse pour « reconstruire la Reconstruction ».

Hervé Rattez
Directeur du C.A.U.E. du Calvados

BM_TRAVAIL

Exposition réalisée avec
la participation financière
de la DRAC de Basse-Normandie

 

Voir les photos de l’exposition, de l’inauguration et du colloque au Mémorial de Caen.

 

  Retourner vers la Reconstruction